L’insuffisance des logements estudiantins tels qu’estudis, face à la demande qui ne cesse pas d’augmenter d’année en année, a nécessité l’application de nouvelles stratégies. C’est dans ce contexte que les résidences estudiantines faites en bois, ont été pensées. C’est une filiale de BTP Bouygues qui a remporté l’appel d’offres et qui sera donc le responsable de l’apparition d’exactement 784 logements.

Un projet inédit

Ce projet veut apporter la solution à la pénurie de logements estudiantins. Pour sa conception, cette filiale a combiné du bois à la construction modulaire, pour permettre l’assemblage de structures préfabriquées. Les chambres de 18 m2 sont faciles à construire et les travaux de construction sont plutôt rapides. Ces logements ont été ainsi, mis sur pied très rapidement pour venir en aide aux étudiants qui n’arrivent pas à dénicher un lieu pour se loger.

Il est à rappeler que contrairement à ce que l’on peut le croire, le bois est un matériau plus sécurisant. En effet, sa faculté de combustion est moins élevée que celle des autres matériaux tels que l’acier. La sécurisation est donc plus optimisée en utilisant du bois qu’un autre matériau de construction. Et ce, d’autant plus que le bois est soumis à une réglementation très stricte et rigoureuse.

Dans la foulée, le projet « A Docks » est le premier à voir le jour. Les logements de 25 m2 comprendront une chambre, une cuisine et une salle de bains. Et pour leur donner plus d’espace, des passerelles, des balcons et même un jardin intérieur ont même été installés. Ceci fait que les étudiants auront droit à des logements plus spacieux et plus sécurisés que les anciens 9 m2 de la plupart des Cnous.
Il est à noter que ces nouvelles habitations possèderont également des récupérateurs d’eau de pluie, des toits constitués de végétaux, et elles sont même équipées de lit sur vérin pouvant être replié vers le plafond pour avoir à sa disposition de plus d’espace.

Le Cnous table ainsi sur environ 40 000 logements en plus pour l’année 2017. Ces habitations en bois font partie de ce projet qui pour être plus précis, promet de fabriquer 42 445 habitations sociales estudiantines pour l’année 2017.